Vous vous trouvez ici:

Publications Relations avec l'étranger

GlobeDans cette section, vous trouverez les audits du CDF en lien avec les questions des relations de la Suisse avec l’étranger.

Audit de suivi Mise en œuvre des recommandations essentielles - Direction des ressources / Direction du développement et de la coopération

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) emploie quelque 5600 collaboratrices et collaborateurs. En 2022, les dépenses de personnel s’élevaient à 647 millions de francs. Les collaboratrices et collaborateurs du DFAE sont répartis dans les catégories « personnel transférable » (1200 collaboratrices et collaborateurs), « personnel local » (3000 collaboratrices et collaborateurs) et « personnel non transférable » (1400 collaboratrices et collaborateurs). En 2016, le Contrôle fédéral des finances (CDF) a examiné les processus appliqués à la rotation du personnel transférable.

Numéro d'audit: 23244

Audit de suivi Mise en œuvre des recommandations : Activités diplomatiques des petites représentations suisses à l’étranger - Département fédéral des affaires étrangères

Le Contrôle fédéral des finances (CDF) a examiné le suivi des recommandations de son évaluation publiée en 2018 sur les activités diplomatiques des petites représentations suisses à l’étranger. Il en existait alors 31 parmi la centaine d’ambassades, pour un coût annuel d’environ 25 millions de francs. Un seul diplomate est engagé sur place.

Numéro d'audit: 21504

Accès au document selon LTrans Projet de création d’une banque de micro-crédit et d’une académie financière au Mozambique - Direction du développement et de la coopération Secrétariat général du Département fédéral des affaires étrangères

Le Contrôle fédéral des finances (CDF) a reçu des signalements en lien avec un projet de création par la Direction du développement et de la coopération (DDC) d’une banque de micro-crédit et d’une académie de finance inclusive au Mozambique. Selon ces informations, les engagements contractuels de la DDC vis-à-vis de son partenaire d’implémentation n’auraient pas été respectés. Le principal reproche portait sur la conversion unilatérale d’une subvention d’un million de francs en un prêt remboursable à court terme. Qualifié d’expropriation par les lanceurs d’alerte, cet acte aurait causé la faillite d’une société fin 2016. L’audit du CDF a porté sur la vérification de ces allégations.

Numéro d'audit: 22200